Étude du tracé régulateur de Notre-Dame-de-la-Nativité, Bois-Sainte-Marie (71)

Photo de l'église de Bois-Sainte-Marie
Photo de la façade sud de l’église de Bois-Sainte-Marie

En préambule

Cette étude propose une hypothèse de construction du tracé régulateur de l’église. Elle ne veut en aucun cas prétendre affirmer une vérité quant à la manière dont a été conçu l’édifice. Il s’agit d’un travail analytique et prospectif qui fait appelle à l’intuition et à la connaissance de quelques savoirs concernant les outils de composition et d’ordonnancement géométrique utilisés pour la construction de ce type d’édifice.
Cette étude s’arrête à la construction géométrique du plan de l’église. Elle ne prend pas en compte l’orientation du bâtiment, la métrologie et l’élévation. Ces points seront abordés dans d’autres articles.

Le plan d’état des lieux qui a servi de fond a été simplifié pour permettre une lecture claire de la structure géométrique. Certains éléments comme les baies du chevet ont été redistribuées de manière égale sur l’arc qui constitue le mur du chevet. Cette opération a été réalisée après la vérification sur les plans d’états des lieux de la faisabilité du tracé permettant de positionner les baies.

Plan de l'église de Bois-Sainte-Marie
Plan de l’église de Bois-Sainte-Marie

L’église

Notre-Dame-de-la-Nativité est située dans le village de Bois-Sainte-Marie en Saône-et-Loire.
L’église aurait été construite entre le XI ème et le XII ème siècle. Le choeur aurait été édifié vers 1115 et la nef en deux étapes entre 1120 et 1130. La restauration du XIX ème siècle, réalisée par l’architecte Eugène Millet, élève de Viollet-Le-Duc, ne faciliterait pas la tâche.
D’ouest en est, l’église est composée d’une nef de 4 travées, d’un transept qui n’est pas saillant prolongé au sud par la sacristie construite pendant les travaux de restauration au XIX ème siècle, d’une abside  et d’un déambulatoire.

L’hypothèse de tracé régulateur

Un carré au centre du transept où est situé le haut clocher donne le point de départ du tracé. La duplication de ce carré dimensionne la section des piliers de la nef et du transept et la largeur de l’église. Par ailleurs, la longueur de la nef et du transept est déterminée par un double carré ou rectangle barlong dont les dimensions proviennent de la troisième duplication.

Géométrie sacrée - tracé régulateur - duplication des  carrés
Tracé régulateur de la duplication des carrés.
Tracé régulateurs de l'hexagone du coeur
Tracé régulateurs de l’hexagone du cœur et du déambulatoire.

Le centre du cercle qui permet d’implanter l’abside est calé à l’intersection de la deuxième duplication du carré horizontal et de l’axe est-ouest. Le cercle est redivisé à partir d’un hexagone et d’un dodécagone pour positionner les ouvertures et les piliers qui supporteront les voutes du déambulatoire.

Tracé régulateur du dimensionnement de la sacristie.
Tracé régulateur du dimensionnement de la sacristie.

La sacristie qui a été ajoutée au XIX ème siècle, dans le prolongement du transept au sud, reprend la figure et les dimensions du carré au centre du transept. Ce carré est adossé au nu intérieur du mur de façade sud.

Vous aurez un aperçu plus complet du tracé régulateur en visionnant la vidéo ci-dessous.

Etude du tracé régulateur de l’église de Bois-Sainte-Marie.

> Vous souhaitez plus d’information sur les formations en cours et à venir, visitez la page formation.

> Ou inscrivez-vous à la newsletter :

Restez informés !

Je m'inscris à la newsletter pour recevoir les dernières actualités du blog, des stages et des conférences.

Ame